Trésors des Anses

Trésors des Anses
  • Les Grands Hommes
Alexandre FRUCTUEUX,

surnommé Stellio en allusion à Stella, étoile en italien, est né en 1885 à l’Anse Dufour dans une famille d’origine modeste. Dès son enfance il s’éprend de la flûte, ensuite il apprend la clarinette en autodidacte et ses progrès fulgurants font de lui un virtuose. L’enfant parti de rien devient un célèbre compositeur (une centaine de morceaux dont beaucoup font parti des grands classiques de la musique traditionnelle antillaise) et clarinettiste à succès (il se produit en Guyane, à Paris, en Europe et au Moyen-Orient)

Pour honorer sa mémoire, une stèle a été érigée dans le quartier de son enfance et le collège de la ville porte, depuis juin 2001, le nom de cet illustre musicien arlésien.

Espélisane Sainte-Rose

Espélisane Jérome Sainte-Rose dite Séssé, est née aux Anses d’Arlet en 1928. Ouvrière agricole et marchande amoureuse du bèlè, elle fonde en 1980 le groupe folklorique « Cocotier », avec Sulermon Priam (danseur, chachayeur et chanteur), Lucien Lamétrie (tambouyé) et de nombreux jeunes dont Annette Agian, Guylaine Lefaivre, Robert Mélinard, Fred et Marie-Madelaine Sorbon.
Très sollicité dans les fêtes patronales, ce groupe folklorique se produit un peu partout dans l’île et enregistre deux disques en 1981 et 1984. Chanteuse et danseuse du groupe, Espélisane crée une variante du bèlè dite du « Sud » qui se caractérise par la volupté des gestes effectués par les dames avec leurs jupes et leurs corps. Il se danse en couple (et non en quadrille, propre au « bèlè du nord »), qui entrent en file indienne, guidé par le tambouyé annoncant la montée au tambour. Artiste dans l’âme, Séssé à plusieurs cordes à son arc.

Elle interprète la pièce de théâtre « Parole et silences » de Jean-Claude Duverger en 1994. Elle mourut le 30 avril 1995.

Figure du patrimoine Arlésien, l’Office Municipal Arlésien de la Culture lui rend hommage par le biais de l’atelier « Bèlè li sid » animé par quelques membres du groupe « Cocotier ».

Jacques Lucéa

Aîné d’une famille nombreuse et modeste, de père marin-pêcheur et de mère couturière, Damien Jacques LUCEA, naît le 28 septembre 1946, au bourg des Anses d’Arlet.

Elève brillant, il collectionne les prix d’excellence de l’école primaire du bourg jusqu’au prestigieux lycée Schoelcher de Fort de France. Il est déjà un exemple pour sa génération avec laquelle il partage les joies et les difficultés de la Martinique rurale des années cinquante. Son éducation familiale et sa pratique sociale auront déjà permis de forger son caractère, s’articulant sur un trépied fait de sérieux, de simplicité et de serviabilité. Malgré toutes les difficultés matérielles, il gravit « l’échelle social », d’un parcours sans faute en Martinique à l’Institut Henri Vizioz. Maître d’internat au lycée Schoelcher pendant ses études de droit, il a été pour des générations de jeunes, le grand frère studieux et respecté qui pouvait entraîner dans son sillage. Il entamera une carrière dans la fonction publique qui l’amènera de la sous-préfecture à la magistrature du Parquet.

En 1975, il est affecté au ministère de l’Education Nationale où il est chargé des affaires statutaires et indemnités. En 1979, il rejoint la direction du Budget, au ministère des Finances, où il est responsable du bureau des transports. La même année, il parvient à rejoindre la Martinique, en octobre, comme secrétaire général de la Préfecture pour les affaires économiques, il sera chef de la mission régionale.

En 1983, sous-préfet de 1ère classe, il est nommé à Selestat (Alsace), qu’il quittera en 1985 pour le ministère de l’Intérieur. En 1990, il est nommé à Saint-Malo, après un passage dans le Limousin. Administrateur de la Communauté Antillo-Guyanaise, il animera l’une des plus importantes associations de la région parisienne. Il mettra sa maîtrise de la chose publique, à la disposition de l’association métropolitaine des élus d’Outre-Mer (AMEDOM), notamment lors des audiences de la mission Lise-Tamaya ou simplement pour défendre le droit aux congés bonifiés des fonctionnaires originaire de l’Outre-Mer. Passionné par la justice, il avait rejoint le corps de la magistrature et devait occuper à partir du 1er octobre 2000, le poste de substitut de la République à la cour d’appel de Rouen. Il décèdera à Paris 15ème, le 31 mai 2000.

En hommage à cet illustre Arlésien, la municipalité a donné son mon à l’école du bourg et remet chaque année « le prix Jacques Lucéa » à l’élève le plus méritant des écoles primaires et du collège des Anses d’Arlet.

Eugène Larcher

Eugène Larcher naît le 11 février 1868 dans la commune des Anses d’Arlet, dont il deviendra le maire en 1941.
De retour de Guyane, où a fondé et la société mutualiste « La Solidarité » de Cayenne, il renouvelle l’opération avec la société mutualiste « Le Peuple » en 1903, qu’il présidera jusqu’en 1947.

Parti chercher fortune comme beaucoup de Martiniquais, il avait appris durant son séjour à l’étranger, les grandes vertus de la solidarité et de la fraternité. Voulant faire partager son savoir et son désir de servir et aider autrui, il réunit autour de lui des hommes de bonne volonté, tels que : Octave Lucéa, Joseph Jean-Joseph, Tertulien Jean-Vincent, Hilarion Isambert Nardi et Louis Désert, pour mener à bien cette œuvre de bienfaisance qu’il a instituée. A sa création, la société « Le Peuple » n’était qu’une tontine, c’est-à-dire qu’elle ne s’intéressait qu’aux funérailles. Elle devient Société Mutualiste vers les années 1950.

Feu Eugène LARCHER (il mourut le 31 août 1961) fut tour à tour Président et Trésorier de la mutuelle « Le Peuple ». Sous son impulsion la société connu la prospérité tant il est vrai que sa gestion était saine, bien qu’on ait pu lui reprocher de gérer la société comme son propre bien.

 

  • Patrimoine 
Église Saint-Henri des Anses-d'Arlet

L’église Saint-Henri des Anses-d’Arlet ou église Sainte-Hyacinthe est une église catholique située aux Anses-d’Arlet, en Martinique. L’église est située au bourg, en bordure de mer dans l’alignement exact du ponton de la plage.

La première église a été construite dans la seconde moitié du xviie siècle. Le premier baptême date de 1671. Elle a été détériorée plusieurs fois par des cyclones et reconstruite dans des styles différents.

Les vitraux ont été réalisés par le maître-verrier L. Tournel en 1975

Le clocher détérioré par une série de cyclones a été reconstruit en 2008.

L’édifice est protégé au titre des monuments historiques (arrêté d’inscription en date du )1

Dlo Férré

Titre du spoiler
Contenu caché
  • Le Sentier sous-marin du Cap Salomon

Quelques photos…

[envira-gallery id=”300″]
Print Friendly, PDF & Email

Laisser une réponse

Rechercher

Nouvelle application

Nouvelles de la Martinique

Un adolescent fait une chute mortelle à vélo à Saint-Pierre

Les faits se sont déroulés en milieu de journée ce dimanche 16 janvier 2022. Un jeune garçon âgé de 15 ans aurait fait une chute mortelle sur la RN2 à Saint-Pierre au lieu dit "Petit réduit". [...]

Législatives 2022 : Alfred Marie-Jeanne est candidat au Sud

L'ancien président du Conseil Exécutif de la Collectivité territoriale Alfred Marie-Jeanne, est candidat aux prochaines élections législatives qui se tiendront en juin 2022. Il partira à la conquête du Sud de la Martinique. [...]

L'entraîneur Guy-Michel Nisas démissionne de la Samaritaine

C'est dans un message whatsapp que les membres de l'équipe de la Samaritaine ont appris la démission de leur entraineur Guy-Michel Nisas. Sa décision est tombée, hier soir (samedi 15 janvier 2022), à l'issue du match de la 6e journée de régional 1 qui a vu la Samaritaine partager les points avec l'Olympique du Marin. [...]

Depuis plusieurs mois, de nombreux foyalais, sont dérangés par des bruits de moteurs incessants, rappelant ceux d'un bwakak. Une nuisance surtout, entendue la nuit, parfois jusqu'a 3h du matin. [...]

Un motard décède dans un accident à Ducos

Tragique accident de la route entre une moto et une voiture samedi soir (15 janvier 2022) à Ducos. Le motard a été déclaré décédé sur les lieux. [...]

error: Attention nos images sont protégées!!
INFORMATION SERVICE DES ELECTIONS : Vendredi 04 mars 2022 Date limite de dépôt d’une demande d’inscription sur les listes électorales.
+